Aller au contenu
Accueil » Le joyeux blog : » Le compost : idées reçues 2/2

Le compost : idées reçues 2/2

A travers cet article, je vais décortiquer 3 nouvelles idées reçues sur le compostage avec le vrai du faux de chacune, le tout en toute transparence. Comme j’aime l’aspect pratique des choses, je vous partage en même temps des conseils pour gérer au mieux votre composteur et en tirer le meilleur parti !

Retrouvez 3 autres idées reçues dans l’article ” Le compost sent mauvais ” en suivant directement ce lien : ” Le compost sent mauvais, et autres idées reçues”

Idée reçue n°4 : fuite de vers : une invasion dans la cuisine

Dans notre imaginaire on peut avoir l’impression que adopter des vers et un lombricomposteur c’est laisser la porte ouverte à une possible invasion de vers dans notre chez nous.
Les vers aiment l’obscurité, le calme, la nourriture et des températures entre 15 et 25°. Autant vous dire que ramper sur le carrelage froid de votre cuisine, ce n’est pas leur truc. Pire, en se déplaçant hors milieu humide, ils vont sécher sur place.
La fuite hors du composteur est signe de déséquilibre. Voyons les points qui feront de vos vers, des vers heureux et bien à l’abri dans leur lombricomposteur :

placez votre lombricomposteur dans un endroit adéquat : au calme, loin de vibrations type machine à laver, à l’abri du soleil direct, dans une température idéalement entre 15 et 25°,
– 🍌 nourrissez les régulièrement, vos épluchures sont leur nourriture, ne les oubliez pas dans un coin !
👉Retrouvez les éléments à leur donner dans l’article Que mettre dans son composteur
– 🔪 coupez bien les matières pour leur offrir des petits bouts : ils n’ont pas de dents et couper permet d’accélérer la dégradation,
🍁 soyez généreux sur la quantité de matière sèche. L’idéal est une humidité à 80% mais pas d’eau stagnante.

💡 La fuite de vers reste une exception.

Idée reçue n°5 : composter est chronophage

Est-ce long d’apprendre à composter ? Et de gérer son composteur ?
Vous pouvez apprendre les bases rapidement en consultant les nombreuses ressources à votre disposition : la chaîne Youtube Lombricompostage facile, le blog Plus2vers, des groupes Facebook dédiés…
Apprendre à composter s’apprend sur le tas, n’ayez pas peur de faire mal ou de tuer vos vers, vraiment.

Pour composter chez soi, 2 étapes :
– séparer les matières organiques du reste de sa poubelle,
– mettre ces matières 1 à 2 fois par semaine dans le (lombri)composteur et vérifier que tout va bien.

Donc non ce n’est pas chronophage, pas plus que de sortir sa poubelle tout venant. Et contrairement à votre poubelle grise, en gérant votre composteur, vous apprendrez bien des choses !

Pour démarrer et gérer votre composteur :
– 📚 renseignez-vous en amont sur les bases,
réunissez le matériel adéquat : un lombricomposteur, une griffe pour aérer, des gants de bricolage si vous en ressentez le besoin, un pot pour faire office de ‘poubelle à compost’ près de votre plan de travail et bien sûr les travailleurs infatigables : les vers Eisenia.
– 🤓 consultez les expert.e.s. De nombreux sites et groupes facebook existent sur le sujet, n’hésitez pas à demander conseil. Vous n’êtes pas seul.e dans l’aventure !
lancez-vous ! C’est en faisant que l’on apprend 💛

Idée reçue n°6 : le composteur est encombrant

Beaucoup de personnes pensent qu’un composteur ou un lombricomposteur prend beaucoup de place. Oui sur l’illustration vous voyez un petit âne. Je n’ai pas trouvé mieux pour illustrer l’idée d’encombrement 😉
Or le compostage repose sur un principe naturel simple de décomposition de la matière. Les vers sont là pour aider à accélérer cette décomposition. Un principe simple qui peut évoluer dans un tout petit espace.

Il existe de nombreux types de composteurs et lombricomposteurs pouvant s’adapter à tous types d’espace : balcon, rebord de fenêtre, espace sous l’évier… Vous trouverez forcément un produit adapté à votre besoin. Le manque d’espace est une fausse bonne excuse, soyez curieux.se 🙂
Et ouvrez l’œil, notre gamme de lombricomposteurs va grandir 😉

Retrouver 3 autres idées reçues dans l’article ” Le compost sent mauvais, et autres idées reçues”.

Source : Composter en ville, Jean-Jacques Fasquel, Rustica Editions


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous !

Pour être tenu.e informé.e des prochains articles et ne rien louper, inscrivez-vous à la newsletter :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pour améliorer votre expérience de navigation, ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l`utilisation de ces derniers.