Aller au contenu
Accueil » Le joyeux blog : » 4 clés pour réussir son compost

4 clés pour réussir son compost

clés pour réussir son compost

Composter est une activité vraiment satisfaisante : elle permet de réduire facilement le volume des déchets de nos poubelles (de 30 à 40 %!) et permet de générer un amendement naturel et très riche en nutriments pour les semis, les plants et les plantes, décoratives ou potagères.

Que l’on composte dans un jardin ou dans un appartement grâce à un lombricomposteur, les mêmes règles de base s’appliquent. Plus ces règles sont adoptées rapidement, plus il est facile de gérer son composteur et plus on y prend plaisir à le faire.

Pour être honnête, lorsque j’ai débuté, je ne les ai pas toutes suivies … Pourtant cela m’aurait évité quelques mésaventures !

Je vous détaille dans cet article 4 habitudes très simples à adopter pour bien gérer son composteur ou son lombricomposteur et composter facilement avec joie !

1. Être généreux en matières sèches

J’ai adopté mon lombricomposteur pour diminuer le volume de mes poubelles et (j’avoue) pour les sortir moins souvent. Du coup au tout début je ne me suis pas privée pour y mettre toutes mes épluchures, restes de café, reste de thé etc… C’était sans compter que les épluchures sont composées à 80 % d’eau. Sans apport de matière sèche dans les premiers temps je me suis retrouvée avec de l’eau au fond du bac et une odeur peu agréable !

🍁Alors mon conseil n°1 : soyez généreux sur l’apport en matières sèches ! A chaque apport en épluchures, apportez de la matière sèche pour bien équilibrer le lombricomposteur ou le composteur. Cela va éviter les mauvaises odeurs, vous faciliter la gestion et aussi donner un amendement bien riche pour vos plantes.

Les matières sèches sont : les feuilles mortes, les mouchoirs usagés, rouleaux de papier toilette ou d’essuie-tout, boîte d’œufs, carton marron type carton de déménagement, journal imprimé en noir et blanc…

Si vous débutez, faîtes un ratio 60/40 : 60 % de  matières sèches pour 40 % d’épluchures puis diminuez au fur et à mesure pour passer sur du 50/50.

💡 Astuce : ayez toujours à proximité du composteur une boîte avec votre réserve de matière sèche tout prête, ainsi vous penserez facilement à l’ajouter au prochain apport

💡 Astuce 2 : un peu de matière sèche au fond de la poubelle de table pour le compost permet d’éviter le jus au fond de cette petite poubelle 😉

2. Bien couper les éléments

🔪 Les matières sèches et les matières humides (épluchures, marc de café…) vont se décomposer grâce à l’action des micro et macro-organismes de l’écosystème. Plus les matières sont compactes et en gros morceaux, plus elles mettront du temps à se décomposer. A l’inverse, plus les morceaux sont petits, plus ils seront facilement et rapidement décomposés.

💡Astuce pour le lombricompostage : couper des morceaux de 1/2 cm²

3. Varier les apports

La nature aime la diversité, le compost aussi. Pour obtenir un compost équilibré, apportez des matières différentes au composteur et lombricomposteur.

Les matières ont différentes propriétés et différentes teneurs en azote, en carbone, phosphore etc…
Varier les éléments permet d’enrichir la matière final, le compost :

  • 🍃🌹 les matières humides apportent de l’azote en plus ou moins grande quantité,
  • 🍌 les épluchures de bananes apportent de l’azote mais aussi du potassium, du phosphore, du magnésium et du fer,
  • 📦🍂 les matières sèches ont une composition en carbone, un pouvoir structurant et une absorption d’humidité différentes,

Ex : le carton n’est pas un élément structurant mais absorbe beaucoup l’humidité, la paille elle apporte beaucoup de carbone, à un bon pouvoir structurant mais absorbe moins l’humidité.

Toujours alterner entre matières humides et matières sèches : un apport de matière humide / un apport de matière sèche / humide / sèche…. 🍃🍂🍃🍂

4. Recouvrir les matières

Les composteurs et lombricomposteurs disposent tous d’un couvercle pour couvrir les matières. Il existe par contre un espace entre les matières et le couvercle.

Recouvrir directement les matières va avoir plusieurs avantages : garder le bon taux d’humidité et éviter aux moucherons de venir pondre sur la matière en décomposition. C’est le geste que j’ai adopté en dernier et pourtant il facilite beaucoup la pratique !

Pour un lombricomposteur : recouvrir directement les matières avec une feuille de papier journal ou d’un tapis d’humidification.

Pour un composteur : recouvrir d’une grande plaque de carton.

A chaque apport, soulevez la couverture (papier journal ou tapis d’humidification) et remettez la en place après chaque apport avant de refermer le couvercle.


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous !

Pour être tenu.e informé.e des prochains articles et ne rien louper, inscrivez-vous à la newsletter :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pour améliorer votre expérience de navigation, ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l`utilisation de ces derniers.