Aller au contenu
Accueil » Le joyeux blog : » Comment équilibrer son compost ?

Comment équilibrer son compost ?

équilibre compost

Une des clés pour réussir son compost est de trouver un équilibre entre le rapport carbone / azote, c’est à dire un bon rapport entre les matières apportées riches en azote et les matières apportées riches en carbone.
C’est aussi un des points importants pour garder un écosystème sain dans son composteur, que ce soit pour le compostage en bac, en tas ou le lombricompostage.
Explications pour comprendre ce point déterminant à faire de vous une. composteur.e heureux !

Les différentes matières :

Les matières vertes : les matières azotées

Les matières vertes sont « humides ». Elles sont riches en azote et apportent de l’eau nécessaire aux bactéries qui participent à la dégradation des matières.

Exemples de matières vertes : épluchures, fruits et légumes cuits ou crus, reste de thé, tisane, reste de repas (sans matières grasses ou épices fortes de préférence), feuilles vertes, gazon fraîchement coupé.

Les matières brunes : les matières carbonées

Les matières brunes sont « sèches ». Elles sont riches en carbone et apportent de la structure au compost.

Exemples de matières brunes : carton ondulé, boîte d’œufs, papier journal non glacé, rouleau de papier toilette, sac en kraft, paille, feuilles mortes, sciure, écorce, bois broyé, fibre de coco, filtre à café en papier, cheveux, ongles, poils d’animaux.

💡 Retrouvez les matières brunes à ajouter à votre composteur ou lombricomposteur dans l’article dédié : Que mettre ou non dans un composteur ?

Les matières 50/50

Certaines matières sont dites “équilibrées”, elles apportent une même quantité d’azote et de carbone.

Exemples de matières équilibrées : aiguille de pin, épluchures de pommes de terre, marc de café, foin.

Alterner les matières

Pour le compostage en bac, en tas et le lombricompostage, il est important de bien équilibrer les apports entre les matières vertes, riches en azote, et les matières brunes, riches en carbone afin d’obtenir un compost équilibré.
Comment équilibrer ? A chaque apport de matière « verte », faites un apport de matière « brune ». Concrètement : dès que vous apportez de la matière verte comme les épluchures dans votre lombricomposteur, apportez en même temps de la matière brune comme des feuilles mortes ou des morceaux de carton (de 1 à 2 cm idéalement).
Lorsque vous mettez des matières dans votre lombricomposteur, mélangez l’ensemble – à l’aide d’une griffette par exemple – pour apporter de l’oxygène. Ces techniques de compostage sont « aérobies », elles fonctionnent avec l’oxygène, mélanger et brasser permet d’apporter cet oxygène et évite les mauvaises odeurs et la formation de méthane.

Si vous débutez je vous conseille de mettre 60 % de matières sèches et 40 % de matières humides, puis de réduire au fur et à mesure pour tendre vers du 50/50. Les (lombri)composteurs ont tendance à avoir un excès d’humidité plus que de sécheresse lorsque l’on débute.
Si votre objectif est d’obtenir du « jus de vers »
avec le lombricomposteur, appelé aussi lombrithé, , vous devez jouer sur cette quantité de matière sèche. Personnellement je préfère aujourd’hui mettre un peu plus de matières sèches et ne plus recueillir de lombrithé pour avoir moins à surveiller le lombricomposteur.

✨ Pour obtenir un compost riche et de qualité :
varier les apports de matières brunes et vertes : carton ondulé, papier journal, fibre de noix de coco, épluchure de carotte, fane de radis…. Faîtes avec ce que vous avez à portée de main, ouvrez l’œil 😉
– faite des apports en petite quantité : un peu de gazon oui, toute la tonte du jardin d’un coup : non, préférez la mettre à sécher et l’utiliser petit à petit.

Quoi faire en cas de déséquilibre :

Une mauvaise odeur est signe d’un déséquilibre. Ce n’est plus un processus de décomposition mais de méthanisation , qui en plus de sentir mauvais, n’est pas top pour l’environnement. Pas de panique si c’est votre cas, il suffit de prendre les choses en main :

Mauvaise odeur et / ou présence de jus : vous pouvez suspendre l’apport de nourriture, bien décompacter tous les aliments, ajouter des matières carbonées, bien brasser l’ensemble, aérer le (lombri)compost si besoin, ajouter des coquilles d’œufs broyées très finement.

Composteur trop sec : vaporiser légèrement avec de l’eau, apporter des éléments riches en azote, bien couvrir ou recouvrir le (lombri)composteur.

💡 Comment savoir si votre composteur est équilibré ? Un composteur sain sent le sous-bois !

Retrouvez tous nos conseils pour composter facilement dans l’article Les 4 clés pour réussir son compost


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous !

Pour être tenu.e informé.e des prochains articles et ne rien louper, inscrivez-vous à la newsletter :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pour améliorer votre expérience de navigation, ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l`utilisation de ces derniers.